Le président salvadorien Nayib Bukele s’en prend aux détracteurs du bitcoin et affirme que ceux qui ont peur « sont les élites puissantes du monde »

Cela fait plus d'un an que le Salvador a codifié le bitcoin comme monnaie légale dans le pays d'Amérique latine, et en faisant sauter la "pilule orange", le pays a été propulsé sous les projecteurs internationaux.

Fin septembre, le président salvadorien , 41 ans, a rédigé un éditorial dans lequel il s'en prend aux détracteurs qui pensent que c'était une mauvaise décision, à ceux qui pensent que c'était une bonne décision mais pour de mauvaises raisons, et aux opposants qui « ont peur de notre décision.« 

L'éditorial de Nayib Bukele demande aux gens de « cesser de boire le Kool-Aid de l'élite ».

Selon le président salvadorien Nayib Bukele si l'expérience à laquelle son pays participe réussit, un grand nombre d'autres pays du monde entier suivront les traces du pays latino-américain. C'est ce qu'a déclaré Nayib Bukele dans un récent éditorial intitulé « Arrêtez de boire le Kool-Aid de l'élite«  qui a été publié le 30 septembre 2022 en anglais et en espagnol. Dans cet éditorial, M. Bukele critique trois camps de détracteurs et il estime que la plupart d'entre eux ont tout simplement peur des décisions novatrices du .

« Les détracteurs les plus bruyants, ceux qui ont peur et font pression pour que nous revenions sur notre décision, sont les élites puissantes du monde et les personnes qui travaillent pour elles ou qui en bénéficient« , explique Nayib Bukele dans son article. « Ils possédaient tout, et d'une certaine manière, c'est toujours le cas ; les médias, les banques, les ONG, les organisations internationales, et presque tous les gouvernements et entreprises du monde. »

Nayib Bukele dément également les nombreux titres publiés par des médias tels que « , Forbes, Fortune, Financial Times, Deutsche Welle, BBC, Al Jazeera, The Guardian, The New York Times, et The Washington Post » qui affirment que « l'économie entière du pays a été détruite par une perte de 50 millions de dollars. » Le président salvadorien affirme que ces affirmations sont des balivernes et qu'elles s'expliquent surtout par le fait que le pays n'a pas vendu un seul bitcoin depuis qu'il a commencé à acquérir une réserve de 50 millions d'euros.

« Ainsi, l'argument selon lequel nous avons perdu 50 millions de dollars de bitcoins est faux, car nous n'avons tout simplement pas vendu de bitcoins« , insiste l'éditorial de Bukele. « Et même si nous acceptions cet argument comme vrai, alors il serait ridicule de conclure qu'une économie de 28 milliards de dollars par an fera faillite ou sera en à cause d'une ‘perte' de 0,2% en un an, alors qu'en 2021, notre économie a augmenté de 10,3%, soit de 4 milliards de dollars ». Et ce, en utilisant les propres chiffres du . »

L'article d'opinion de Nayib Bukele ajoute encore :

En 2021, notre PIB a augmenté de 10,3 %, les du tourisme ont augmenté de 52 %, l'emploi a augmenté de 7 %, les nouvelles entreprises de 12 %, les exportations de 17 %, la production d'énergie de 19 %, les exportations d'énergie de 3 291 % et les recettes internes de 37 %, le tout sans augmenter les . Et cette année, le taux de criminalité et de meurtre a baissé de 95 %.

Le président déclare que « le Salvador est l'épicentre de l'adoption du bitcoin« .

Le bureaucrate salvadorien précise qu'il comprend que le bitcoin est une expérience de très grande envergure et il estime qu'il est absurde de prétendre que le pays a déjà échoué. Ses récentes déclarations sont similaires à celles de l'inventeur du bitcoin, lorsque Satoshi a dit : « Je suis sûr que dans 20 ans, il y aura soit un très grand volume de transactions, soit aucun volume. » De même, le Salvador a rejoint la grande expérience et le temps nous dira si le pari de ce pays d'Amérique latine réussit ou échoue. En cas de succès, l'éditorial de Nayib Bukele affirme que de nombreux pays suivront l'exemple du Salvador.

« Le Salvador est l'épicentre de l'adoption du bitcoin, et donc de la liberté économique, de la souveraineté financière, de la résistance à la censure, de la richesse non confiscable, et de la fin des faiseurs de roi, de leur impression, de leur dévaluation et de la réaffectation de la richesse des majorités aux groupes d'intérêts, aux élites, aux oligarques, et à ceux qui sont dans l'ombre derrière eux, tirant leurs ficelles« , conclut l'article de Nayib Bukele. « Si le Salvador réussit, de nombreux pays suivront. Si le Salvador échoue d'une manière ou d'une autre, ce que nous refusons, aucun pays ne suivra. »

4.3/5 - (7 votes)

Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info

Afficher Masquer le sommaire

Soutenez Actucrypto en nous suivant sur Google Actualités :