Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a mis en garde lundi contre le bitcoin et d’autres cryptomonnaies, « actifs très risqués » qui devraient être détenus avec grande prudence, notamment par les banques. « Les monnaies virtuelles sont sujettes à une forte volatilité. Leur prix est entièrement spéculatif », a déclaré le gardien de l’euro devant le Parlement européen à Strasbourg.

tout savoir sur la crypto

Certes, la BCE ne constate pas que les banques détiennent « des réserves significatives de cette monnaie », pour laquelle elles semblent faire encore « preuve de peu d’appétit ». Mais en voyant que certains places boursières dans le monde cotent des actions en bitcoin, « les banques européennes se mettent à détenir des positions » dans cette monnaie virtuelle, a observé le banquier central.

Valeur divisée par deux

Aussi, du fait que les cryptomonnaies évoluent « dans un espace non réglementé », les banques qui disposent de celles-ci devaient tenir compte d’un « risque élevé », surtout au regard de leur grande volatilité. Le MSU, la branche de surveillance bancaire de la BCE pour environ 130 banques de la zone euro, « observe les risques prudentiels potentiels qui se présentent pour les institutions qui sont placées sous sa supervision », a-t-il ajouté.

Ces propos interviennent alors que la valeur de Bitcoin – la reine des monnaies virtuelles – est passée d’un sommet de près de 20.000 dollars en décembre à moins de la moitié ces derniers jours, avec au passage de fortes fluctuations quotidiennes, invitant les régulateurs à se faire plus critiques.

Au plan politique, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand Peter Altmaier, ont affirmé à la mi-janvier vouloir réguler le bitcoin, et annoncé que les deux pays présenteront des propositions communes en vue du G20 Finances en mars.

tout savoir sur la crypto