fructify

La crypto monnaie Arbistar: un scam?

Arbistar 2.0 a arrêté son bot de trading Community Bot, bloquant les comptes de 32 000 utilisateurs. Après cela, la société d’analyse Tulip Research a suspecté le développeur d’une arnaque.

Une offre alléchante

L’instrument de trading promettait un rendement quotidien de 1% sur le trading bitcoin, sous réserve d’un investissement minimum de 3000 €. Les utilisateurs pourraient également recevoir des paiements supplémentaires grâce au programme de parrainage.

Mais le 12 septembre, les représentants d’Arbicorp signalé que le framework Arbistar 2.0 a arrêté le bot de trading. La raison était prétendument une erreur qu’ils n’avaient pas remarquée depuis près d’un an. Pour cette raison, le service a versé 28% de bénéfices de plus qu’en réalité.

“Pour que personne ne perde, nous allons geler les comptes Community Bot de tous les clients et restituer les fonds”, a déclaré la société.

Les pertes exactes d’Arbicorp n’ont pas été annoncées, mais les analystes de Tulip Research les estimaient à 1 milliard de dollars, soit environ 97000 BTC au taux moyen pondéré au 12 septembre.

Un plan savamment orchestré

L’entreprise a vu plus que des signes d’un système pyramidal chez Arbistar. Plus tard, elle a trouvé une connexion avec la plateforme russe darknet Hydra Market.

Vendredi 25 septembre, le PDG d’Arbistar, Santi Fuentes, dans un commentaire Cointelegraph a déclaré que l’erreur dans le système de communication entre le marché et le Community Bot a été commise par l’équipe de développement. Après sa découverte, la société a refusé de coopérer avec eux.

Un remboursement possible

Interrogé sur les pertes, Fuentes a répondu que “c’est un chiffre important, mais ils ne sont pas liés à ce que disent les médias”. Selon lui, l’entreprise rendra des fonds aux utilisateurs.

Dans un communiqué le 19 septembre, le chef d’Arbistar expliqué que les fonds seront versés chaque jour à «environ 100 clients».

Quelques jours plus tard Fuentes fait une déclaration spéciale soulignant que le service, avec 120 000 utilisateurs, n’est «pas fermé». Il n’a jamais révélé le montant des dommages.

 

 

 

fructify