fructify

Les analystes trouvent une faille dans MakerDAO

Les utilisateurs du projet MakerDAO DeFi peuvent diviser les CDP (Positions de dette garanties) en tranches plus petites. Ainsi elles  échappent à la liquidation forcée si la garantie tombe en dessous du seuil de 150%.  C’est le responsable du B. Protocole Jaron Welner qui a  découvert cette vulnérabilité.

En effet, Welner a constaté que les emprunteurs de MakerDAO peuvent être trompés en divisant les CDP en 100 $. Dans ce cas, les gardiens des enchères ne liquideront pas ces positions après que la garantie tombe en dessous de 150%.

La raison réside dans la difficulté de calculer la rentabilité de telles opérations. Les frais de commission élevés dans les enchères en sont responsables. En règle générale, les participants à de telles enchères sont des robots.

Les utilisateurs peuvent théoriquement fermer la position plus tard.  Et ainsi éviter une pénalité de liquidation de 13%.  A expliqué l’expert

Welner n’est pas précis sur la durée de ce phénomène. Car  dans de tels cas, on ne peut pas  prédire avec précision le comportement des détenteurs.

Le fondateur de B.Protocol s’est finalement demandé s’il y avait réellement un plafond d’élimination de 150% lorsque les dépositaires s’appuient sur des heuristiques aussi vagues.

Dans une interview CoinDesk certains arbitragistes DeFi ont expliqué que les protocoles d’atterrissage Aave et Compound sont beaucoup plus simples que le Maker. Lorsqu’ils travaillent avec eux, les utilisateurs n’ont pas à penser à autre chose qu’à disposer de liquidités suffisantes.

MakerDAO mène actuellement le classement DeFi Pulse pour la valeur des fonds bloqués sur les contrats intelligents.

 

fructify