fructify

la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC)

Architecture

Il y a une forte croissance du nombre de banques qui considèrent les monnaies numériques prometteuses avec une architecture hybride ou intermédiaire. Dans ce contexte, la CBDC est une demande de paiement direct à la banque centrale. Mais le secteur privé contrôle les interactions avec les clients.

Seules quelques juridictions envisagent des modèles dans lesquels la banque centrale joue un rôle opérationnel important dans les paiements aux clients.

Les banques centrales sont plus susceptibles de choisir des architectures directes ou hybrides / intermédiaires dans des juridictions avec un niveau de vie relativement élevé. En effet elles ont un large accès public aux services bancaires et une gouvernance efficace.

Dans les pays moins développés, les banques centrales ne spécifient généralement pas l’architecture qu’elles choisissent.

Infrastructure (concept technique) CBDC

L’infrastructure peut se reposer  sur une base de données centralisée traditionnelle ou sur un registre distribué (DLT).

De nombreuses banques envisagent diverses options technologiques. Cependant, l’approbation actuelle du concept de CBDC repose principalement sur le DLT plutôt que sur l’infrastructure technologique traditionnelle.

Les banques centrales qui expérimentent le DLT utilisent, en règle générale, des systèmes autorisés, dans lesquels les opérateurs ont le droit de décider qui admettre sur le réseau.

Technologie d’accès et degré d’anonymat d’utilisation

Technologie d’accès basée sur le compte

Les CBDC basées sur les comptes sont liées aux informations d’identité. Combiner les qualités de l’argent liquide en tant que moyen de paiement inclusif et résistant aux crises avec les caractéristiques de l’anonymat peut être difficile.

Basé sur des jetons

Le mécanisme d’accès basé sur des jetons numériques permet de mettre en œuvre diverses options de paiement axées sur la valeur – par exemple, l’émission de billets de banque CBDC prépayés. Ces derniers peuvent être échangés à la fois physiquement et numériquement.

Cependant, cela s’accompagne d’un risque d’activité criminelle et de contrefaçon. En outre, l’accès dans le cadre de ce programme est difficile pour les personnes sans accès aux services bancaires et obligées de n’utiliser que des espèces.

Les CBDC peuvent s’utiliser pour les règlements nationaux ou pour les paiements transfrontaliers. En conséquence, le modèle de monnaie numérique peut fournir des relations de détail et de gros et des options d’accès pour les résidents ou les non-résidents. La CBDC interne à jetons s’ ouvre à tous, y compris aux non-résidents.

La plupart des projets s’orientent vers l’utilisation interne. La BCE, les banques centrales de France, d’Espagne, des Pays-Bas et de la Banque centrale des Caraïbes orientales, en revanche, se concentrent sur l’utilisation transfrontalière des monnaies numériques.

 

fructify