L’Europe et les États-Unis plafonnent le prix du pétrole Russe entre 40 et 60 dollars pour limiter les revenus.

L’Europe et les États-Unis auraient discuté du plafonnement du pétrole russe entre 40 et 60 dollars le baril. L’affaire a été révélée par des sources anonymes qui ont déclaré que les États-Unis et l’Europe avaient discuté de la prochaine étape concernant l’achat de pétrole russe, pour chercher des moyens de limiter les revenus pétroliers de la Russie.

L’Europe et les États-Unis discutent d’un plafonnement du pétrole russe à 40-60 $.

Le cofondateur et directeur général de Clearview Energy Partners, Kevin Book, s’est exprimé sur la différence que le plafonnement du prix du pétrole russe par l’Europe et les États-Unis pourrait avoir sur le complexe des matières premières. Selon lui, la différence sera “relativement minime“. Il a expliqué que l’objectif du plafonnement des prix est de maintenir la quantité d’hydrocarbure qui circulent et de réduire les revenus de la Russie. Toutefois, il a ajouté que le risque est que la Russie s’oppose à cette mesure.

En réponse à la faisabilité du plafonnement du prix du pétrole russe par l’Europe et les États-Unis, M. Book a déclaré que l’idée est innovante et mérite d’être analysée. Il poursuit :

“Le défi de sa mise en œuvre peut être assez difficile. Une partie du problème est que vous avez des acheteurs qui doivent être persuadés qu’ils choisissent pour leur propre sécurité énergétique entre le baril russe et tout ce que le Delta Russie pourrait vouloir au-dessus de cette fourchette de prix de 40 à 80 dollars que vous venez de mentionner et se conformer aux alliés.”

Le dirigeant a noté que ce choix pourrait être difficile. Cependant, Moscou pourrait trouver facile de diviser les alliés “en offrant essentiellement une augmentation de la bande.

Le Royaume-Uni et les États-Unis appliquent de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé une réduction drastique du pétrole russe (mais qui ne les impact que peu par rapport aux pays européens). Le président américain Joe Biden a déclaré que cette mesure visait “l’artère principale de l’économie russe“. En tant que troisième producteur mondial de pétrole, la Russie dépend fortement de l’énergie. Les deux nations qui devancent le pays sont l’Arabie saoudite et les États-Unis.

De plus, le Royaume-Uni a déclaré qu’il supprimerait progressivement les importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année. D’autre part, l’Allemagne a interrompu ses projets d’ouverture d’un important gazoduc en provenance de Russie. De même, l’UE a déclaré qu’elle arrêterait les importations de charbon en provenance de ce pays d’ici le mois d’août.

Avec les sanctions de gauche et de droite, la Russie s’attend à une profonde récession. En outre, son économie devrait chuter de 10 % cette année. Le pays a également réagi aux sanctions en interdisant l’exportation de plus de 200 produits. La Russie a interrompu les exportations de véhicules, de produits agricoles, d’équipements électriques, d’équipements médicaux, etc.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info