Crise au Crédit Suisse avec 1,6 milliard de dollars de pertes, vers une version bancaire de FTX ? 

Les fortes inquiétudes suscitées par le Credit Suisse début octobre refont surface et la banque perd ses clients les plus riches.

La bourse de crypto-monnaies FTX a déposé le bilan ainsi que ses 130 sociétés affiliées, un fait qui a un impact sur l’ensemble du secteur des crypto-monnaies, mais un peu plus loin, dans le monde de la finance traditionnelle, le Credit Suisse est confronté à une crise profonde.

La banque basée en Suisse, considérée par le Conseil de stabilité financière comme ayant une importance systémique mondiale majeure, a prévenu aujourd’hui qu’elle s’attendait à une perte pouvant atteindre 1,5 milliard de francs suisses (1,6 milliard de dollars) d’ici la fin du quatrième trimestre de l’année.

Les problèmes financiers du Credit Suisse ont été exacerbés par les clients qui ont retiré leurs avoirs et leurs investissements.

À tel point que sa division “gestion de patrimoine“, qui s’adresse aux clients les plus fortunés de l’institution, a subi une sortie nette de 10 % des actifs qu’elle gère, de quoi peser sur le bilan de la banque, selon un rapport du Financial Times.

La banque suisse, qui est le principal négociant et la principale contrepartie sur le marché des changes de la Réserve fédérale américaine (Fed), a déclaré qu’elle était confrontée à un environnement économique et de marché “difficile“.

En conséquence, le Credit Suisse a été contraint de recourir à des réserves de liquidités, passant en dessous de certaines exigences réglementaires minimales. Et, lors de son assemblée générale extraordinaire d’aujourd’hui, elle a obtenu l’approbation d’une augmentation de capital pour financer la reprise après ce qui semble être la plus grande crise de ses 166 ans d’histoire.

Un véritable risque systémique ?

Dans le sillage de l’effondrement de FTX, certains acteurs ciblent le secteur des crypto-monnaies, soulignant que cet écosystème représente un risque pour le système financier traditionnel. C’est en effet ce que le vice-président de la Réserve fédérale chargé de la surveillance, Michael Barr, a récemment déclaré au Conseil bancaire du Sénat.

Nous sommes préoccupés par les risques que nous ne connaissons pas dans le secteur non bancaire. Cela inclut évidemment l’industrie des crypto-monnaies, mais plus largement les risques dans les parties du système financier où nous n’avons pas une bonne visibilité, nous n’avons pas une bonne transparence, nous n’avons pas de bonnes données. Cela peut créer des risques qui se répercutent sur le système financier que nous régulons.

Michael Barr, vice-président de la supervision à la Réserve fédérale.

Il est toutefois curieux que peu de gens parlent du risque systémique au milieu de la crise du Credit Suisse. Ce n’est que sur Twitter qu’un avertissement a été émis quant à un éventuel impact sur le système financier mondial, étant donné les liens profonds du prêteur suisse avec les banques américaines et européennes.

Concernant le cas de FTX, l’analyste espagnol Alberto Iturralde exclut la possibilité d’un risque systémique, étant donné que l’écosystème des crypto-monnaies ne représente que 2% de tous les actifs existant actuellement dans le monde.

Lire Plus  C'est maintenant la guerre entre Twitter et Binance !

Depuis le mois d’octobre, on parle d’une crise du Credit Suisse, étant donné qu’il a perdu 4 milliards de dollars au troisième trimestre de l’année.

À propos de l’auteur, Monsieur Ripple

Monsieur Ripple a parfois des problèmes avec la SEC, ce qui en fait un expert en litiges crypto. Il est notre expert juridique et est notre plus grand défenseur des droits des utilisateurs de crypto dans le monde.