Le propriétaire de l’Olympique de Marseille, Frank McCourt, va créer une nouvelle plateforme qui donnera aux utilisateurs des réseaux sociaux la possibilité de contrôler leurs données personnelles.

Project Liberty de Frank McCourt, qui exploite la technologie blockchain pour démocratiser les données des médias sociaux, s’associe à Polkadot pour collaborer à la première mise en œuvre du protocole de réseau social décentralisé (DSNP).

Soutenu par Frank McCourt, le milliardaire et propriétaire de l’Olympique de Marseille, le projet Liberty se concentrera sur le développement d’une base de données accessible au public sur les connexions sociales des gens.

Dans une déclaration commune, M. McCourt et Gavin Wood, fondateur de Polkadot et de la Fondation Web3, ont déclaré que leur alliance visait à faire évoluer un protocole Internet à open source pour qu’il devienne la couche sociale centrale de la prochaine génération de l’Internet.

McCourt a commenté ce partenariat et a déclaré :

“Nous sommes ravis de travailler avec Gavin et ses collègues pour concrétiser notre vision commune d’un web plus sain. Non seulement ils sont des innovateurs pionniers, mais nos valeurs sont alignées sur la façon dont l’internet devrait être restructuré de manière à responsabiliser les utilisateurs, à bénéficier à la société et à renforcer la démocratie.”

Le projet est créé dans l’institution de Franck McCourt, qui travaille au développement de technologies éthiques. En plus des ressources de l’institution, McCourt a fait don de 100 millions de dollars au projet.

Des acteurs majeurs comme Facebook et Instagram de Meta stockent actuellement les données de leurs utilisateurs et les adaptent pour correspondre à des publicités précises et à d’autres contenus. Cela génère de nouveaux likes et commentaires qui peuvent être stockés et traités pour faire correspondre le contenu à l’avenir.

Lire Plus  Telegram lance une nouvelle fonctionnalité permettant d'envoyer et de recevoir des crypto-monnaies depuis l'application

McCourt et Wood soutiennent que les blockchains décentralisées sont la clé pour donner la pleine propriété des données aux utilisateurs. Elles garantissent qu’aucune base de données ne peut être contrôlé par une entité et permettent aux utilisateurs de transférer leurs données numériques d’une plateforme à une autre.

Soulignant l’objectif du projet Liberty, M. Wood a déclaré :

“Le Web 3.0 a besoin d’un graphe social universellement accessible pour réussir, car les géants sociaux du Web 2.0 ont actuellement un contrôle absolu sur ce que les utilisateurs peuvent dire ou faire sur leurs plateformes.”

Les défis du projet Liberty

L’un des plus grands défis auxquels le projet s’attaque est l’évolutivité. Les grands ensembles de données ralentissent les blockchains, et aucune chaîne traditionnelle ne peut fonctionner de manière lucrative en tant que stockage de données de réseaux sociaux.

Polkadot de Wood construit un protocole de réseau social décentralisé (DSNP) pour connecter plusieurs blockchains afin de maximiser la vitesse et l’évolutivité pour résoudre le problème d’évolutivité.

La popularité est un autre problème. Pour que les utilisateurs puissent revendiquer les droits sur leurs données, ils devront abandonner les réseaux sociaux les plus populaires et migrer vers celles qui seront construites sur le projet Liberty. Il pourrait être difficile pour les utilisateurs de quitter les plateformes que leurs familles et leurs amis utilisent également.

À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info