Le G20 va établir un consensus politique sur une réglementation harmonisée des crypto-actifs

Le G20 s'efforce de créer un consensus politique mondial sur les cryptoactifs pour une meilleure réglementation des actifs et une plus grande responsabilité.

Les gouvernements du G20 travailleraient à l’élaboration d’une politique unifiée en matière de crypto-monnaies. En cas de succès, cette politique cryptographique devrait fonctionner comme un cadre que tous les pays membres devraient suivre pour réglementer les actifs numériques.

Commentant ce développement, le secrétaire fédéral indien aux affaires économiques, Ajay Seth, a expliqué lors d’une conférence de presse mercredi :

“La réglementation devrait découler de la vision politique adoptée. En fait, l’une des priorités qui a été mise sur la table est d’aider les pays à construire un consensus pour une approche politique des crypto-actifs.”

Les dirigeants économiques de ces pays du G20 estiment qu’un consensus politique sur les crypto-actifs permettrait d’améliorer la réglementation mondiale. Pour éclairer l’accord sur la réglementation des cryptoactifs, Seth a demandé l’étude d’une série de spécificités fiscales. Il s’agit notamment de la politique monétaire, du secteur bancaire et des implications économiques de la crypto.

La première réunion des suppléants des banques centrales du G20 a lieu cette semaine à Bengaluru, en Inde, du 13 au 15 décembre. Le pays d’Asie du Sud a pris la présidence du G20 pour un an au début du mois de décembre, succédant à l’Indonésie. Outre les délibérations sur les cryptomonnaies, les discussions de Bengaluru ont porté sur une série de questions macroéconomiques. Il s’agit notamment du financement de l’action climatique et des objectifs de développement durable, de la vulnérabilité de la dette mondiale et de la consolidation des banques multilatérales de développement.

Le forum du G20 sur la politique en matière de crypto-monnaies est devenu une nécessité après l’implosion de FTX

Les discussions sur le consensus en matière de crypto-monnaies font suite à l’effondrement soudain de FTX, un marché boursier autrefois très important. La société s’est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites début novembre, ce qui a provoqué une onde de choc dans tout l’espace cryptographique. À la suite de l’implosion de FTX, plusieurs autres entreprises axées sur la crypto ont connu des crises d’insolvabilité à des degrés divers. En outre, les appels à une réglementation plus étanche des actifs numériques se font plus pressants.

Les autorités des Bahamas ont arrêté lundi l’ancien directeur général de FTX, Sam Bankman-Fried, sur ordre du gouvernement des États-Unis. L’ex-PDG en disgrâce risque d’être extradé vers les États-Unis pour faire face à plusieurs accusations criminelles. Il s’agit notamment de fraude électronique et de complot, en plus de l’utilisation abusive des fonds des clients.

D’autres organisations intergouvernementales réclament également une meilleure réglementation des crypto-monnaies

Le G20 est l’une des nombreuses organisations intergouvernementales qui intensifient leurs efforts en matière de réglementation des crypto-monnaies. L’Organisation de coopération et de développement économiques a récemment publié un rapport implorant une action politique urgente. À l’instar du G20, ce forum mondial a également appelé à une collaboration internationale concernant la politique en matière de crypto-monnaie. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, un effort harmonisé en matière de surveillance des crypto-monnaies permettrait d’éviter les possibilités d’arbitrage réglementaire et la fragmentation des politiques mondiales.

La ministre indienne des finances, Nirmala Sitharaman, soutient pleinement la collaboration mondiale sur la surveillance future des crypto-monnaies. Elle a exprimé des critiques à l’égard des monnaies numériques en juillet et a déclaré que la Reserve Bank of India (RBI) ne considère pas les crypto comme des monnaies. Selon Sitharaman, la raison en est que toute monnaie moderne nécessite le soutien d’une banque centrale ou d’un gouvernement. Elle avait déclaré à l’époque :

“Les crypto-monnaies sont par définition sans frontières et nécessitent une collaboration internationale pour empêcher l’arbitrage réglementaire. Par conséquent, toute législation de régulation ou d’interdiction ne peut être efficace qu’après une collaboration internationale significative sur l’évaluation des risques et des avantages et l’évolution d’une taxonomie et de normes communes.”

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info