Les transferts de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire en 2022 augmentent de 5 % pour atteindre 626 milliards de dollars

Malgré les vents contraires qui ont dominé l'année, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire en 2022 ont tout de même augmenté de 5 % pour atteindre 626 milliards de dollars, selon le rapport Migration et développement de la Banque mondiale.

L’Afrique, où le coût d’envoi de 200 dollars a atteint en moyenne 7,8 % en 2022, est “la plus gravement exposée aux crises simultanées.”

Impact de l’appréciation du rouble et de la baisse de l’euro

Selon le dernier rapport de la Banque mondiale intitulé Migration and Development Brief (MDB), le total des envois de fonds vers les pays dits à revenu faible et intermédiaire (PRFM) en 2022 a augmenté de 5 % pour atteindre 626 milliards de dollars. Cette augmentation, qui est inférieure à celle de 10,2 % observée en 2021, est intervenue malgré les vents contraires mondiaux qui ont caractérisé une grande partie de l’année 2022, indique le rapport.

Selon le bref, les facteurs qui ont contribué au ralentissement du taux de croissance de la valeur en dollars américains des envois de fonds vers les PRFM comprennent l’appréciation de la monnaie russe, la faiblesse de l’euro, ainsi que la rareté des devises étrangères dans certains pays.

Commentant le rapport, Michal Rutkowski, directeur mondial pour la protection sociale et l’emploi à la Banque mondiale, a déclaré :

Les migrants contribuent à soulager les marchés du travail tendus dans les pays d’accueil tout en soutenant leurs familles grâce aux transferts de fonds. Les politiques de protection sociale inclusives ont aidé les travailleurs à surmonter les incertitudes en matière de revenus et d’emploi créées par la pandémie de COVID-19. Ces politiques ont un impact mondial grâce aux transferts de fonds et doivent être poursuivies.

L’Afrique est la plus exposée aux “crises simultanées”.

Parallèlement, selon la BMD, l’Afrique est la région “la plus exposée aux crises concomitantes“. À titre d’illustration, le rapport note que si les envois de fonds vers l’Afrique subsaharienne ont augmenté de 5,2 % pour atteindre 53 milliards de dollars, cette hausse est nettement inférieure à celle de 16,4 % enregistrée en 2021. En ce qui concerne le coût des transferts de fonds, le mémoire indique que le coût d’envoi de 200 dollars dans la région est de 7,8 %, ce qui est le plus élevé parmi les six régions mondiales couvertes par l’étude.

En ce qui concerne l’utilisation des canaux numériques pour l’envoi de fonds, le rapport reconnaît que si le coût de l’envoi de fonds via ces canaux est beaucoup plus faible, plusieurs facteurs en font des alternatives moins idéales.

Les technologies numériques permettent des services d’envoi de fonds nettement plus rapides et moins chers. Cependant, le fardeau de la conformité aux réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme continue de restreindre l’accès des nouveaux prestataires de services aux banques correspondantes. Ces réglementations affectent également l’accès des migrants aux services numériques de transfert de fonds“, note la BMD.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info