L’Italie veut taxer les gains en crypto-monnaies à 26% à partir de 2023

Le nouveau gouvernement italien prévoit d’imposer une taxe de 26% sur les gains en capital provenant du trading de crypto, selon le projet de budget pour l’année prochaine. La coalition de centre-droit au pouvoir se prépare également à obliger les Italiens à déclarer leurs actifs numériques et à payer 14 % sur leurs avoirs.

Le gouvernement italien a l’intention de puiser dans les profits des crypto-monnaies.

Les autorités de Rome semblent prêtes à étendre et à renforcer la réglementation en matière de divulgation et d’imposition des actifs numériques. Le changement est susceptible d’intervenir avec le budget 2023 de l’Italie, qui devrait cibler les profits tirés de la richesse et du commerce des crypto-monnaies.

Une disposition du budget, proposée par le gouvernement de droite dirigé par le Premier ministre Giorgia Meloni, étend aux crypto-actifs un prélèvement de 26 % sur les gains en capital dépassant un seuil de 2 000 euros, a rapporté Bloomberg.

La coalition au pouvoir, élue fin septembre, propose également aux contribuables de déclarer la valeur de leurs actifs numériques à partir du 1er janvier 2023 et d’être taxés à un taux de 14%. L’objectif est d’inciter les contribuables italiens à divulguer leurs avoirs dans leurs déclarations de revenus.

Selon les règles fiscales actuelles, les monnaies numériques et les jetons sont traités en Italie comme des devises étrangères qui sont soumises à une imposition plus faible. Le projet de loi, qui peut encore voir des amendements au parlement, introduit également des obligations de divulgation et étend le droit de timbre aux cryptomonnaies.

Environ 1,3 million d’Italiens (2,3 % de la population du pays) possèdent des crypto actifs, note le rapport, citant les données de Triple A. Ce chiffre est à comparer aux 5 % du Royaume-Uni et aux 3,3 % de la France.

Giorgia Meloni, première femme italienne à diriger le pouvoir exécutif à Rome et chef du parti d’extrême droite Frères d’Italie, a déjà fait campagne pour une baisse des impôts.

La position plus stricte de son gouvernement à l’égard des crypto-monnaies s’inscrit désormais dans la lignée du Portugal, l’un des membres de l’UE les plus favorables aux crypto-monnaies, qui a révélé en octobre son intention de taxer les bénéfices crypto-monnaies à court terme à 28 % à partir de l’année prochaine. Elle intervient également dans le cadre d’un renforcement mondial des réglementations après une vague de faillites dans le secteur de la crypto, comme l’effondrement récent de la bourse de crypto-monnaie FTX.

À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info