La Russie et la Turquie vont collaborer pour lutter contre les transactions en crypto-monnaies liées à la criminalité

Les autorités policières et judiciaires de Russie et de Turquie unissent leurs forces dans la lutte contre la cybercriminalité, notamment l’utilisation des crypto-monnaies à des fins illégales. Cette collaboration a été décidée lors d’une visite du procureur général de Russie à Ankara.

La Russie et la Turquie organisent la coopération en matière de lutte contre la criminalité impliquant l’espace et les actifs numériques.

Le procureur général de la Fédération de Russie Igor Krasnov et le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag ont signé un nouveau programme de coopération de deux ans entre leurs départements, a rapporté l’agence de presse Tass. Les hauts fonctionnaires se sont rencontrés dans la capitale turque.

L’un des domaines dans lesquels les parties prévoient de coordonner leurs efforts est la lutte contre la cybercriminalité, y compris les cas d’utilisation criminelle de crypto-monnaies et autres actifs virtuels, a révélé le rapport. Après avoir scellé l’accord, Igor Krasnov a souligné l’expérience russe dans ce domaine :

En Russie, la pratique judiciaire et d’enquête pertinente a été développée, la législation sur les actifs numériques est en cours d’actualisation et la plateforme de roubles numériques de la banque centrale est en cours de pilotage. Nous avons quelque chose à partager.

Igor Krasnov a également fait référence à un projet de convention sur la lutte contre l’utilisation des hautes technologies dans la criminalité, soumis aux Nations Unies l’année dernière. Il a souligné que la proposition de la Russie vise à criminaliser un large éventail d’actes “puisque ces technologies sont largement utilisées pour promouvoir des opinions extrémistes, tenter d’influencer les régimes politiques et l’esprit des gens ordinaires.”

Dans le même temps, selon le Procureur général russe, les nations occidentales veulent “réduire la compréhension de la cybercriminalité uniquement à un cercle étroit de crimes informatiques, ce qui, à notre avis, ne reflète pas l’essence du problème.

La Russie fait face à des sanctions croissantes introduites par l’Occident en réponse à l’invasion en cours de l’Ukraine voisine. Sa propre capacité à utiliser des crypto-actifs pour contourner les restrictions imposées, qui ont considérablement limité l’accès de Moscou aux marchés et aux finances mondiales, a également été ciblée. À leur tour, les autorités russes ont envisagé de légaliser les règlements en crypto dans le commerce transfrontalier.

Les paiements avec les cartes russes Mir ont également été restreints dans de nombreuses juridictions, mais plusieurs banques turques ont continué à les traiter. Deux de ces prêteurs ont suspendu leurs opérations avec Mir sous la pression des États-Unis. Mais selon les médias turcs, le président Recep Tayyip Erdogan a suggéré le développement d’un nouveau système de paiement avec la Russie pour servir d’alternative.

À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info