Le S&P 500 et le marché des actions américaines ont connu le pire premier semestre depuis 50 ans !

Le S&P 500 et le marché des actions américaines ont connu un premier semestre 2022 brutal. Avec la persistance des craintes d’inflation, le marché pourrait continuer à subir des pressions à la vente.

Le premier semestre de 2022 a été vraiment pénible pour les investisseurs boursiers. Le jeudi 30 juin, le S&P 500 a terminé en baisse de 0,88 %, enregistrant son pire semestre en plus de cinq décennies. À la clôture d’hier, le S&P 500 a perdu plus de 21 % depuis le début de l’année.

À l’instar du S&P 500, l’indice Dow Jones Industrial Average a également terminé en baisse de 0,8 %, soit 253 points de moins. De même, le Nasdaq Composite a enregistré une perte de 1,33 %, soit 150 points.

Le second sentiment du marché devient de plus en plus négatif au fil des trimestres. Le deuxième trimestre dernier a été marqué par une forte correction des trois indices, le Nasdaq Composite perdant 22 % en seulement 90 jours. Il s’agit également de sa pire performance trimestrielle depuis 2008.

Les mesures d’impression monétaire sans précédent prises par la Réserve fédérale après la pandémie ont entraîné une forte inflation, selon de nombreux analystes. L’inflation en Amérique est actuellement à son plus haut niveau depuis quatre décennies et la Fed est déterminée à la maîtriser. Le mois dernier la Fed a annoncé une hausse de 75 points de base des taux d’intérêt. Elle a laissé entendre que d’autres hausses de taux seraient possibles si la pression inflationniste se poursuit.

Ainsi, le marché des actions tente de s’adapter à la nouvelle réalité où la Fed essaie de contrôler l’inflation tout en risquant de mettre en péril la croissance. D’autre part, la forte hausse des rendements obligataires a fait chuter les valeurs technologiques. Les investisseurs ont retiré leur argent des actifs axés sur la croissance pour le placer dans des actifs stables.

Les valeurs technologiques ont subi des corrections massives jusqu’à présent en 2022. Des géants comme Alphabet et Apple ont également subi une correction de 24 % chacun. D’autre part, Meta Platforms, le parent de Facebook, a corrigé de 52 %, tandis que Netflix Inc a corrigé de plus de 71 %.

Économie et marché boursier

Comme nous l’avons dit, l’économie américaine est en pleine effervescence lorsqu’il s’agit d’accumuler des pressions inflationnistes. Jeudi, le département du commerce a indiqué que l’indice de base des prix des dépenses de consommation personnelle a bondi de 4,7 % en mai. Il s’agit actuellement de niveaux qui n’ont pas été observés depuis les années 1980.

De même, le PMI de Chicago, qui suit l’activité commerciale dans la région, s’est établi à 56 pour le mois de juin. Compte tenu de ces préoccupations économiques, la Fed est susceptible de prendre des mesures agressives à l’avenir. Toutefois, la crainte est de savoir si les mesures de hausse des taux d’intérêt de la Fed conduiront à une récession.

De nombreux analystes estiment qu’une récession est susceptible de frapper l’Amérique dans les 12 à 18 prochains mois. Ainsi, certains pensent que le marché doit encore atteindre son niveau le plus bas. George Ball, président de Sanders Morris Harris, a déclaré :

“Nous ne pensons pas que le marché boursier ait encore atteint son niveau le plus bas et nous voyons d’autres baisses à venir. Les investisseurs devraient conserver des niveaux élevés de liquidités en ce moment. Nous pensons que le S&P 500 atteindra son niveau le plus bas aux alentours de 3 100, car les mesures agressives mais nécessaires de la Réserve fédérale pour lutter contre l’inflation sont susceptibles de déprimer les bénéfices des entreprises et de faire baisser les actions.”

Certains analystes pensent que l’inflation risque de rester collante et qu’elle persistera plus longtemps que prévu.

À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info