Selon la BCE, l’euro numérique devrait d’abord se concentrer sur les paiements en ligne, puis intégrer d’autres fonctionnalités de DeFi.

Bien qu'elle ne se soit pas encore prononcée sur un euro numérique, la BCE pense déjà que la CBDC devrait donner la priorité aux paiements en ligne et aux transactions de pair à pair.

Selon la Banque centrale européenne (BCE), le futur numérique devrait donner la priorité aux paiements en ligne et de pair à pair.

Dans une récente publication en ligne, l'entité bancaire de l'Eurosystème a expliqué que les autres utilisations possibles de l' devraient passer au second plan par rapport au soutien efficace des transactions en ligne. Les rôles secondaires de la numérique de la banque centrale (CBDC) pourraient inclure les paiements d'impôts, les reçus de paiements sociaux et les paiements transactionnels.

Intitulée « Rollout Approach for the Digital Euro« , la publication de la BCE offre un regard complet et perspicace sur les perspectives de l'euro numérique. La publication en ligne présente une chronologie du développement de la CBDC, depuis sa création jusqu'au déploiement proposé et aux cas d'utilisation. En outre, le document se termine par un appel à commentaires sur le projet d'euro numérique dans le cadre des développements en cours.

Selon l'équipe euro numérique de la BCE, la CBDC doit posséder de multiples pour répondre aux besoins des utilisateurs et aux lacunes du marché. L'équipe a également ajouté que « en termes pratiques, une approche échelonnée contribuerait à garantir une expérience de paiement fluide pour l'utilisateur final. » En outre, l'unité euro numérique de la BCE a expliqué que l'approche susmentionnée pourrait également réduire les complexités concernant la mise en œuvre. Selon l'unité, il devrait être plus facile d'essayer de déployer ou de mettre en œuvre de nouveaux systèmes en une seule fois.

L'euro numérique doit donner la priorité aux paiements en ligne &amp ; empêcher les banques de faire payer trop cher les commerçants

La récente publication en ligne souligne que l'utilisation du commerce électronique et les paiements entre amis devraient être le premier cas d'utilisation de la CBDC. En attendant, les responsables de la BCE estiment que la prise en compte des applications de finance décentralisée () avec l'euro numérique devrait intervenir plus tard. En outre, la BCE a précédemment proposé que l'utilisation privée de l'euro numérique soit gratuite. Toutefois, la principale banque a également ajouté qu'il pourrait y avoir de nouvelles lois décourageant les banques de surfacturer les commerçants.

La BCE est l'une des nombreuses juridictions mondiales qui envisagent l'émission d'une monnaie numérique « centralisée« . Bien que la banque centrale du système européen ne s'attende pas à une mise en œuvre prochaine, elle cristallise déjà son approche de l'euro numérique. Par exemple, au milieu des évacuations techniques en cours, la BCE a expliqué que l'euro numérique ne remplacerait pas la monnaie fiduciaire. Au contraire, lors d'un discours devant la commission du Parlement européen le mois dernier, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a expliqué :

« L'euro numérique ne remplacerait pas les autres modes de paiement électronique, ni même les espèces. Au contraire, il les compléterait. Et ce faisant, il préserverait notre souveraineté monétaire tout en renforçant l'autonomie stratégique de l'. »

Fabio Panetta a également mentionné les paiements en ligne comme le cas d'utilisation parfait pour l'euro numérique à la place. Selon lui :

« Notre priorité pour le projet d'euro numérique a toujours été claire : préserver le rôle de la monnaie de banque centrale dans les paiements de détail en offrant une option supplémentaire pour payer avec de la monnaie publique, y compris là où cela n'est pas possible aujourd'hui, par exemple dans le commerce électronique. »

Report du vote final sur la législation MiCA de l'UE

Le développement de l'euro numérique par la BCE fait suite au report par l'UE du vote final sur la relative aux marchés des actifs cryptographiques. En janvier, des rapports indiquaient que l'Union européenne reportait son vote final sur la législation pour la deuxième fois en deux mois. La raison invoquée pour cette décision était un problème technique dans le document juridique directeur de 400 pages.

4.3/5 - (7 votes)

Sophie Telmann

Je m'appelle Sophie et je suis rédactrice sur actucrypto.info, un site qui couvre l'actualité des -monnaies et du . Je suis passionnée par le monde des crypto-monnaies et du métavers et je me tiens au courant des derniers développements et nouvelles technologies. J'aime particulièrement la façon dont ces technologies sont utilisées pour fournir une plus grande liberté et autonomie aux individus et aux entreprises. J'espère contribuer à faire progresser ces technologies et à les rendre accessibles à tous.

Afficher Masquer le sommaire

Soutenez Actucrypto en nous suivant sur Google Actualités :