L’acte d’accusation contre un ancien employé d’OpenSea avance

Un juge a rejeté la demande du défendeur de rejeter les accusations de fraude électronique et de blanchiment d'argent.

Un ancien employé de la place de marché NFT OpenSea n’a pas réussi à convaincre un juge que les accusations portées contre lui devaient être rejetées, ce qui a permis la poursuite de son procès.

Nate Chastain, ancien chef de produit chez OpenSea, a été accusé de fraude électronique et de blanchiment d’argent. Le gouvernement allègue que Chastain a illégalement profité de la vente de NFT en 2021.

Nate Chastain était chargé de décider quels NFTs seraient présentés sur la page d’accueil de la bourse. Grâce à cette autorité et à ces connaissances, l’acte d’accusation allègue qu’il a acheté certains NFT avant qu’ils ne soient présentés et qu’il les a ensuite revendus à profit une fois que leur valeur a augmenté.

Les procureurs ont également affirmé que Nate Chastain avait créé des adresses de portefeuilles pour conserver les NFT et s’attribuer les bénéfices.

OpenSea a décidé de se séparer de Nate Chastain le mois dernier après avoir été mis au courant de l’enquête. Elle a également demandé l’aide d’une tierce partie pour “mener un examen approfondi de l’incident et faire des recommandations sur la façon dont nous pouvons renforcer nos contrôles existants“, selon un billet de blog de la société.

Nate Chastain a demandé l’annulation des accusations, en avançant une série d’arguments qui n’ont finalement pas réussi à convaincre le juge.

Nate Chastain a fait valoir que les informations qu’il aurait détournées ne sont pas “des biens” au sens de la loi, et que les accusations de fraude électronique devraient être rejetées. Il a également fait valoir qu’il n’a pas commis de fraude car cela nécessite “l’existence d’un commerce de valeurs mobilières ou de marchandises“, ce qui n’inclut pas actuellement les NFT.

Lire Plus  NFT : OpenSea, accepte désormais ApeCoin

En ce qui concerne le blanchiment d’argent, il a affirmé que le gouvernement “cherche de manière inadmissible à criminaliser le simple mouvement d’argent” et n’a pas suffisamment prouvé les éléments de dissimulation et de transaction financière des accusations de blanchiment d’argent.

En rejetant la demande de rejet, le juge a fait référence à une affaire judiciaire dans laquelle un journaliste du Wall Street Journal a conclu un accord avec des traders, les informant du contenu et du moment de la publication d’articles avant qu’ils ne soient publiés et partageant les profits qui en résultent.

Le chroniqueur et les traders ont été accusés et condamnés pour fraude en matière de valeurs mobilières et pour fraude postale et électronique“, indique le document. “Donc, pas de ‘délit d’initié’ comme on l’entend habituellement, mais certainement une ‘fraude par câble’“, peut-on lire dans la réponse.

Le juge a concédé que l’utilisation de l’expression “délit d’initié” pouvait être trompeuse et a déclaré que la réponse appropriée serait de rayer l’expression de l’acte d’accusation et d’empêcher le gouvernement de l’utiliser lors du procès.

À propos de l’auteur, Miss Ethereum

Miss Ethereum est fan de Defi et de métavers, elle se concentre sur le blogging et l'éducation des autres sur les monnaies numériques et la réalité virtuelle.