La BCE appelle à une réglementation des stablecoins et de la Defi, sans exclure l’interdiction du minage proof-of-work

Un nouveau rapport de la Banque centrale européenne (BCE), présenté comme une “plongée en profondeur dans les risques financiers liés aux crypto-monnaies“, appelle à une réglementation et une surveillance “appropriées” des monnaies stables et de la finance décentralisée (defi). Elle aborde également le sujet brûlant de l’empreinte carbone du bitcoin en Europe, suggérant qu’une interdiction du minage proof-of-work est probable.

La croissance des monnaies stables et de la finance décentralisée justifie une réglementation et une supervision, selon la BCE.

Les risques financiers liés aux crypto-monnaies, ceux qui sont associés aux plateformes stablecoins et de la defi en particulier, ainsi que la menace pour les objectifs de transition climatique imputée aux méthodes d’extraction de crypto-monnaies à forte intensité énergétique, sont au centre de la dernière édition du Bulletin macroprudentiel publié par la Banque centrale européenne (BCE). Les moments clés du rapport publié en juillet ont été mis en lumière cette semaine par Patrick Hansen, conseiller en crypto venture chez Presight Capital.

Explorant les implications politiques de ces segments du marché cryptographique, les auteurs du document insistent sur le fait que la croissance et l’utilisation croissante des monnaies stables dans le monde nécessitent la mise en œuvre immédiate des cadres de réglementation, de supervision et de contrôle nécessaires, tels que la législation MiCA, avant que l’interconnexion entre ces monnaies numériques et le système financier traditionnel ne s’approfondisse davantage.

Reconnaissant le rôle important des stablecoins pour l’écosystème cryptographique dans l’un des trois articles du bulletin, les experts de la BCE soulignent que leur fonction critique pourrait avoir des effets de contagion pour le système financier, si les crypto-actifs non adossés posent un risque pour la stabilité financière à l’avenir. Rappelant l’effondrement en mai dernier du stablecoin algorithmique terrausd (UST), ils commentent :

Les développements récents montrent que les stablecoins sont tout sauf stables, comme l’illustrent le krach de terrausd et le dé-pegging temporaire de tether.

Les cas d’utilisation des monnaies stables se sont multipliés ces dernières années, note l’autorité monétaire de la zone euro, notamment avec l’essor des applications defi, qui représentent un autre segment en pleine expansion du marché des crypto-monnaies, depuis un an.

Lire Plus  Le FMI affirme que certains stablecoins adossés à des fiats pourraient faire faillite

Tout en reconnaissant que les plateformes defi font appel à l’innovation technologique et diffèrent sur certains aspects tels que la manière dont les actifs sont détenus, la confiance générée et les systèmes régis, la BCE affirme qu’elles ne créent pas de nouveaux produits financiers mais imitent plutôt ceux proposés par les fournisseurs financiers traditionnels. Dans le même temps, “la defi est à bien des égards soumis aux mêmes vulnérabilités que la finance traditionnelle“, précise la banque centrale :

Les protocoles ou plateformes defi prétendent avoir une structure de gouvernance décentralisée, alors qu’en réalité la gouvernance est souvent concentrée.

La BCE estime que des efforts sont nécessaires pour réglementer et superviser efficacement l’espace defi, malgré les défis qui découlent de sa nature décentralisée et anonyme, qui rendent la tâche plus difficile pour les décideurs politiques et les autorités respectives. La Banque centrale européenne préconise une approche coordonnée au niveau international et des normes communes pour identifier et combler les lacunes réglementaires.

L’interdiction de l’extraction minière “proof-of-work” est jugée probable

Le bulletin macroprudentiel de la BCE intervient alors que l’Union européenne progresse vers l’adoption et la mise en œuvre du paquet réglementaire complet MiCA. Les principales institutions de l’UE sont récemment parvenues à un accord sur la législation. Une proposition controversée visant à interdire la fourniture de services pour les crypto-monnaies utilisant le minage de type “proof-of-work” (PoW), très gourmand en énergie, a été abandonnée dans le projet.

Les membres de l’industrie et de la communauté des crypto-monnaies avaient prévenu qu’une telle mesure aurait équivalu à une interdiction du bitcoin. Mais l’article de la BCE, qui pose la question “Le risque climatique est-il pris en compte dans les actifs cryptographiques ?“, fait valoir que les autorités peuvent encourager les mécanismes de consensus de preuve d’enjeu (PoS), décrits comme “la version cryptographique du véhicule électrique“, et restreindre ou interdire les mécanismes PoW, appelés “la version cryptographique de la voiture à combustible fossile“.

Lire Plus  Le Royaume-Uni va rapidement légiférer sur les stablecoins

Ainsi, si une approche non interventionniste des pouvoirs publics est possible, elle est hautement improbable, et une action politique des autorités (par exemple, des exigences de divulgation, une taxe carbone sur les transactions ou les avoirs en crypto, ou une interdiction pure et simple du minage) est probable“, pensent les auteurs. Selon eux, il est également peu probable que l’UE limite ou interdise les voitures à carburant fossile d’ici 2035, mais ne prenne pas de mesures contre les crypto-actifs avec leurs émissions de carbone qui, selon eux, suffisent à annuler les économies d’émissions de gaz à effet de serre de la plupart des pays de la zone euro.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info