La SEC intensifie son enquête sur les auditeurs qui servent les bourses de crypto-monnaies

Selon Paul Munter, chef comptable par intérim de la Securities and Exchange Commission, le régulateur américain surveille de plus près les preuves de réserves (POR). “Nous avertissons les investisseurs d’être très méfiants à l’égard de certaines des revendications faites par les sociétés de crypto-monnaies“, a expliqué Paul Munter au Wall Street Journal (WSJ) le 22 décembre.

Un fonctionnaire de la SEC avertit les investisseurs qu’ils doivent se méfier des audits de preuve de réserve et des allégations d’échange de crypto-monnaies.

Les régulateurs américains, et plus particulièrement la Securities and Exchange Commission (SEC), examinent de plus près la preuve des réserves (POR) ces jours-ci, suite à l’effondrement de FTX. En parlant avec le WSJ jeudi, le chef comptable par intérim de la SEC, Paul Munter, a expliqué que les investisseurs ne devraient pas accorder une grande confiance aux audits et aux déclarations des sociétés de POR. La SEC s’inquiète du fait que les investisseurs “puissent être faussement rassurés par les rapports des sociétés“, explique le rapport du WSJ.

Nous avertissons les investisseurs d’être très méfiants à l’égard de certaines des revendications faites par les sociétés de crypto-monnaie“, a expliqué Paul Munter. “Les investisseurs ne devraient pas accorder trop de confiance au simple fait qu’une entreprise dise avoir obtenu une preuve de réserves de la part d’un cabinet d’audit“, a souligné le comptable de la SEC.

Le commentaire de Paul Munter fait suite au concept de ROP qui gagne du terrain parmi les bourses de crypto-monnaies depuis l’effondrement de FTX. Des sociétés comme Okx, Binance, Crypto.com, Huobi et d’autres ont publié des audits de ROP, mais certains ont suscité la controverse. De plus l’agence comptable Mazars Group après qu’elle ait révélé qu’elle ne fournirait plus d’audits de crypto-monnaies. L’audit ROP de Binance réalisé par Mazars a également été retiré du web.

Nous améliorons notre compréhension de ce qui se passe sur le marché“, a déclaré Paul Munter au WSJ. “Si nous trouvons des schémas de faits qui nous semblent gênants, nous envisagerons un renvoi à la division de l’application de la loi.

En outre, après que le groupe Mazars a déclaré qu’il ne proposerait pas d’audits ROP aux bourses de crypto-monnaies, un porte-parole du cabinet d’audit BDO a déclaré : cette semaine qu’elle réfléchissait aux types de clients qu’elle pourrait accepter. Jeffrey Johanns, professeur à l’université du Texas, estime que les cabinets d’audit font bien de se montrer réticents à offrir des services d’audit aux sociétés de cryptologie. “Les quatre grands cabinets ont décidé à juste titre que les risques sont extrêmement élevés“, a déclaré Jeffrey Johanns au WSJ.

À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info