L’Europe va renforcer la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent à l’aide de crypto-monnaies

Sur le marché il y a plusieurs problèmes très importants à résoudre. L’un des plus pertinents est sans aucun doute le blanchiment d’argent, et bien qu’aucun chiffre réel pour ce type d’activité n’ait été démontré, de nombreux régulateurs ont commenté qu’il fallait travailler pour empêcher que les crypto-monnaies soient utilisées pour ce genre d’activité illégale.

Pour cela, le Parlement européen  a tenu différentes sessions, et au cours de celles-ci, il est parvenu à un accord sur la nécessité de renforcer les règles contre le blanchiment d’argent à l’aide de crypto-monnaies. Les crypto-monnaies ont toujours fonctionné sans aucune forme de réglementation, ce qui a permis à un grand nombre de personnes de les utiliser pour des activités illégales et c’est ce que l’UE tente d’arrêter.

Le fait est que, pour contrer le problème du blanchiment d’argent, il est nécessaire de créer certaines réglementations qui pénaliseront d’une manière ou d’une autre ce type d’activités illégales. En réalité, ce qui se profile est une réglementation beaucoup plus stricte pour le marché des crypto-monnaies qui pourrait être quelque peu préjudiciable à son développement.

Sur la réglementation

Pour l’instant, comme tout est assez récent, les informations disponibles sur les nouvelles règles à appliquer sont plutôt rares. Selon des commentaires préliminaires, ces nouvelles règles obligent les sociétés de crypto-monnaies et les bourses à demander des informations personnelles aux clients et aux traders sur leur plateforme. Ces informations doivent être conservées au cas où les autorités auraient besoin d’y accéder.

Cette situation n’est pas entièrement nouvelle. Si l’on considère le fonctionnement des systèmes financiers traditionnels, pour ouvrir un compte bancaire, les clients doivent fournir certaines informations. Ces informations sont ensuite utilisées par le gouvernement pour les obtenir en cas d’activité illégale. Le nom du délinquant, son adresse, son numéro de téléphone et d’autres informations.

Le gros problème est que les crypto-monnaies bénéficient, depuis leur création, de l’anonymat. Cela signifie que de nombreux échanges de crypto-monnaies ne demandent pas aux investisseurs de fournir beaucoup d’informations, ce qui est plutôt positif pour les criminels, car ils n’ont qu’une seule adresse pour recevoir les crypto-monnaies, et le transfert de cet argent d’un compte fictif à un autre est assez facile, ce qui fait que leur piste se perd presque complètement.

Ce qui est recherché, c’est de faire en sorte que le marché des crypto-monnaies ressemble un peu plus au système financier traditionnel, au moins en ce qui concerne la demande d’informations aux utilisateurs. Bien que l’on ne sache pas quel type d’informations sera demandé, il est probable que des détails personnels et de contact seront demandés ainsi qu’une certaine vérification des documents d’identité en plus de la vérification par photo et vidéo.

Il reste, du moins pour l’instant, à attendre que les nouvelles règles qui affecteront les bourses et autres sociétés de crypto-monnaies soient clairement écrites. Il convient de noter qu’il reste encore un certain temps avant que ces règles n’entrent en vigueur. Ils doivent d’abord être soumis, puis ils devront être approuvés par de multiples commissions, de sorte que ces règlements ne verront pas le jour aussi vite que prévu.

L’UE est-elle contre les crypto-monnaies ?

Si l’UE n’a pas exactement été du côté des crypto-monnaies, puisqu’elle a commenté à différentes occasions qu’elles étaient dangereuses et devaient être réglementées, cette fois, les règles qu’elle entend appliquer au marché ne sont pas entièrement négatives.

En général, lorsque nous parlons de réglementation, nous pensons automatiquement à l’interdiction. Mais réglementation ne rime pas toujours avec interdiction, comme ce fut le cas en Chine. Parfois, la réglementation peut être synonyme de reconnaissance et de sécurité, ce qui peut être très positif pour le marché.

Selon le député du Parti des Verts Ernest Urtasun, cette nouvelle réglementation vise à permettre aux agents chargés de l’application des lois d’établir un lien entre les transactions sur les bourses et les activités criminelles de blanchiment d’argent et d’identifier les titulaires de comptes.

Ainsi, si une transaction illicite a lieu, les autorités seront en mesure de retrouver efficacement le contrevenant. Cela pourrait être très positif pour le marché. Il est bien connu que les arnaques et les fraudes liées aux crypto-monnaies sont de plus en plus récurrentes. Et l’une des raisons en est que l’anonymat protège les criminels. Désormais, s’ils doivent donner leurs informations, il sera plus facile de les retrouver, ou du moins ils éviteront d’utiliser les crypto-monnaies pour ce type d’activité.

Mais nous ne saurons tout cela avec certitude que lorsque les règles seront discutées, approuvées et entreront en vigueur. Pour l’instant, on s’attend à ce qu’une position quelque peu amicale soit adoptée à l’égard des crypto-monnaies, bien que rien ne soit certain.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info