L’Italie et l’Albanie démantèlent une arnaque aux investissements en crypto-monnaies de 15 millions d’euros

Les autorités italiennes et albanaises ont mis fin à une escroquerie visant à attirer les victimes en leur promettant des investissements à faible risque dans des cryptomonnaies. Au cours d’une opération coordonnée par Eurojust, les enquêteurs des deux pays ont perquisitionné une douzaine de sites et saisi des biens et du matériel informatique.

Les fraudeurs ont contacté des investisseurs à partir d’un centre d’appel à Tirana, en Albanie.

Les forces de l’ordre d’Italie et d’Albanie ont démantelé un système de fraude en ligne proposant de fausses opportunités d’investissement liées aux cryptomonnaies. L’enquête a été menée avec le soutien d’Eurojust, l’agence de l’UE chargée de la coopération judiciaire en Europe.

Les autorités participant à l’opération conjointe ont saisi des actifs d’une valeur de 3 millions d’euros (près de 3,2 millions de dollars) auprès du groupe criminel qui a organisé l’escroquerie. Les pertes totales résultant de ses activités ont été estimées à €15 millions , Eurojust a détaillé dans un communiqué de presse.

Les auteurs exploitaient un centre d’appels dans la capitale albanaise Tirana, à partir duquel ils contactaient les victimes par téléphone et sur Internet, en utilisant des numéros de téléphone virtuels et des VPN. Ils ont convaincu les clients d’ouvrir des comptes sur un site web dédié et d’effectuer des transferts.

Les escrocs gagnaient leur confiance en leur permettant d’obtenir un profit rapide contre un petit investissement initial. Après avoir consulté des plateformes de trading apparemment réputées, les victimes étaient contactées par des “courtiers” qui leur proposaient des investissements en crypto-monnaies “à risque zéro“.

Les membres du système de fraude ont également essayé d’accéder aux services bancaires en ligne des victimes à l’aide d’un logiciel de contrôle à distance. Celles qui ont fini par découvrir la supercherie ont été contactées par d’autres représentants de la plateforme qui leur ont demandé d’effectuer des paiements supplémentaires afin de récupérer les fonds perdus.

L’opération a été menée entre le 13 et le 15 décembre et des mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre des principaux suspects, a révélé Eurojust sans fournir de détails sur les éventuelles détentions. La police a perquisitionné 13 adresses en Albanie et a confisqué plus de 160 appareils électroniques dans les deux pays, notamment des ordinateurs, des serveurs et des enregistreurs vidéo.

L’Italie a ouvert le dossier pénal auprès d’Eurojust en 2020 et l’agence a facilité la coopération entre les autorités nationales impliquées dans l’enquête, notamment en mettant en place un centre de coordination pour l’opération de démantèlement du réseau d’escroquerie.

Dans des circonstances similaires, la cyberpolice ukrainienne a exposé en novembre un système d’escroquerie aux crypto-monnaies réalisant 200 millions d’euros par an grâce à de faux investissements dans des actifs et des titres cryptographiques. Il disposait de bureaux et de centres d’appels avec des milliers d’employés à travers l’Europe. Plusieurs pays européens, dont l’Albanie, ont soutenu l’enquête contre cette organisation.

À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info