Monero a déployé un hard fork pour renforcer ses fonctionnalités de confidentialité et de sécurité

La monnaie privée Monero (XMR) a réalisé un hard fork introduisant de nouvelles fonctionnalités de confidentialité et de sécurité au cours du week-end.

Le hard fork, achevé au bloc 2 688 888, a été annoncé pour la première fois par les développeurs en avril de cette année. Initialement prévu pour juillet, il a ensuite été reporté au 13 août.

L’un des principaux changements introduits avec le fork est l’augmentation de la taille des anneaux de Monero de 11 à 16. Afin de protéger la vie privée des utilisateurs, Monero fusionne la signature numérique de la personne qui signe une transaction avec celles de 11 (désormais 16) autres non-signataires pour créer une nouvelle signature autorisant la transaction.

La mise à niveau du réseau comprend également des modifications de l’algorithme “Bulletproofs” afin d’augmenter la vitesse des transactions et de réduire leur taille d’environ 5 à 7 %, ainsi que des améliorations du mécanisme multisig. Parmi les autres améliorations de performance, citons les “view tags“, qui visent à réduire les temps de synchronisation des portefeuilles jusqu’à 40 %, ainsi que des correctifs de sécurité et des modifications de tarifs.

La nouvelle de la réussite de la mise à niveau du réseau semble avoir booste le prix de Monero, qui est actuellement en hausse d’environ 3 % sur la journée, la monnaie privée changeant actuellement de mains à environ 172 $.

Monero et les projets de confidentialité

Le renforcement de la fonctionnalité de confidentialité de Monero intervient dans le sillage d’une attention réglementaire accrue sur les projets de confidentialité. La semaine dernière, le département du Trésor américain a sanctionné l’outil de protection de la vie privée Tornado Cash pour blanchiment d’argent, tandis que l’Agence néerlandaise de lutte contre la criminalité a arrêté un développeur présumé de Tornado Cash ; ces mesures ont suscité une condamnation générale au sein de la communauté cryptographique.

Monero lui-même a longtemps attiré l’attention des régulateurs et des forces de l’ordre ; en 2020, la société de crypto intelligence CipherTrace a révélé qu’elle avait développé un ensemble d’outils pour tracer les transactions Monero à la demande du ministère américain de la Sécurité intérieure. Malgré ce succès apparent, un mois plus tard, l’IRS a offert une prime pouvant atteindre 625 000 dollars pour craquer Monero. L’année suivante, la police norvégienne a tenté de craquer la monnaie privée afin de retracer les transactions liées à une affaire de disparition.

En raison de cette attention réglementaire, les bourses de crypto-monnaies, y compris Coinbase, ont hésité à coter Monero, le PDG Brian Armstrong déclarant en 2020 que dans des “conversations en coulisses“, les régulateurs avaient laissé entendre que “nous ne pensons vraiment pas que vous devriez le faire.

À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info