La France et le Luxembourg s’associent à l’initiative Venus pour utiliser la CBDC dans le règlement des obligations

Dans la dernière annonce sur la collaboration de la France et du Luxembourg sur le projet Venus, il a été révélé que les deux institutions proposent des règlements transfrontaliers.

La Banque centrale de France et la Banque centrale du Luxembourg se sont associées pour déployer l'”Initiative Venus“, qui leur permet d’utiliser une expérimentale pour une obligation de 100 millions d’euros. D’une valeur de 104 millions de dollars, cette obligation est le dernier moyen employé dans une série d’essais sur les marchés financiers tokenisés.

Outre les banques centrales de France et du Luxembourg, l’initiative Venus a impliqué Goldman Sachs, Santander, Société Générale et la Banque européenne d’investissement (BEI). La BEI a désigné Goldman Sachs Bank Europe SE, Santander et Société Générale pour être chargés de l’émission et de la distribution des obligations numériques natives.

Les banques centrales de France et du Luxembourg à l’initiative de Venus

Le directeur général de la stabilité financière et des opérations de la Banque de France, Nathalie Aufauvre, avait quelque chose à dire sur le projet. Il a déclaré que l’initiative Venus avait réuni les banques centrales de France et du Luxembourg. Il a expliqué plus en détail :

“Elle montre comment des actifs numériques peuvent être émis, distribués et réglés au sein de la zone euro, en une seule journée. L’initiative Venus confirme qu’une CBDC bien conçue peut jouer un rôle essentiel dans le développement d’un espace sécurisé d’actifs financiers tokenisés en Europe. Elle vise également à contribuer aux réflexions de l’Eurosystème sur la manière d’améliorer nos services au marché de gros, en particulier dans le cadre de la prochaine réglementation DLP Pilot Regime adoptée par l’Union européenne.”

Entre-temps, la banque centrale française a mené une série de tests de la CBDC pour gérer la liquidité dans la finance décentralisée. La banque travaille également sur l’utilisation de la monnaie numérique de la banque centrale dans le règlement des transactions transfrontalières. En septembre, les institutions financières ont dévoilé de nouveaux projets visant à tirer profit de l’utilisation des CBDC au niveau du commerce de gros. Un gouverneur de la banque, Villeroy de Galhau, a déclaré qu’une CBDC de gros contribuerait aux paiements transfrontaliers et interdevises. Il a également révélé que la Banque centrale européenne envisage d’émettre un euro numérique dès 2026.

Lire Plus  La Banque d'Espagne va lancer un programme expérimental de jetons numériques CBDC

Plus d’informations sur le projet Venus

Dans la dernière annonce sur la collaboration entre la France et le Luxembourg sur le projet Venus, il a été révélé que les deux institutions proposent des règlements transfrontaliers. Gaston Reinesch a noté :

“Avec l’émission innovante de la BEI de droit luxembourgeois, la Banque de France et la Banque centrale du Luxembourg proposent une réponse transfrontalière possible à l’intérêt croissant du marché pour effectuer des règlements de titres natifs numériques avec un jeton de monnaie de banque centrale.”

Aux États-Unis, la Banque fédérale de réserve de New York a annoncé son intention de lancer un projet pilote de validation de concept d’une durée de 12 semaines. Le programme a été conçu pour impliquer de grandes banques commerciales telles que BNY Mellon, Citi et d’autres. L’objectif est de mener des recherches avancées sur “la tokenisation des actifs et l’avenir des infrastructures des marchés financiers aux États-Unis à mesure que l’argent et la banque évoluent“.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Natalia Savas

Je m'appelle Natalia et je suis rédactrice sur actucrypto.info. Je suis une fan des crypto-monnaies et je suis passionnée par le monde de la technologie et de la finance. Depuis que j'ai découvert le monde des crypto-monnaies, j'ai été fascinée par le potentiel qu'elles offrent aux utilisateurs et j'ai décidé de me spécialiser dans le domaine.