L’inflation dans la zone euro recule et est désormais fixée à 10 %

La crise du coût de la vie a été un défi majeur pour la région cette année, alors qu'elle tentait de faire baisser le coût de l'énergie.

En cette fin d’année, les efforts de la Banque centrale européenne (BCE) pour enrayer la poussée croissante de l’inflation dans la zone euro semblent porter leurs fruits. Les données préliminaires d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, montrent que l’inflation est fixée à 10 %, un chiffre inférieur aux 10,6 % signalés en octobre de cette année.

Malgré le ralentissement du rythme, les principaux aspects des relevés montrent que le niveau d’inflation est encore nettement plus élevé pour un large éventail de produits de consommation. L’énergie devrait présenter le taux d’inflation le plus élevé, soit 34,9 % sur une base annuelle. Ce chiffre est toutefois à comparer aux 41,5 % enregistrés en octobre.

Outre l’énergie, l’alimentation, l’alcool et le tabac ont connu une hausse de l’inflation de 13,6 %, contre 13,1 % en octobre, tandis que les biens industriels non énergétiques ont enregistré une croissance de 6,1 % sans grand changement par rapport à octobre. Le secteur des services a également enregistré une légère baisse et s’est établi à 4,2%, contre 4,3% en octobre.

La baisse actuelle de l’inflation a commencé à alimenter un certain nombre de spéculations quant aux prochaines étapes de la BCE en matière de hausse des taux d’intérêt.

La chute de l’inflation globale de l’IPCH, qui est passée de 10,6 % en octobre à 10,0 % en novembre, a été la première baisse depuis juin 2021 et a été plus importante que prévu à l’origine“, a déclaré Andrew Kenningham, économiste en chef pour l’Europe chez Capital Economics dans une note, ajoutant “Nous ne serions pas surpris de voir le taux d’inflation globale augmenter à nouveau en décembre ou en janvier étant donné la volatilité des chiffres mensuels, mais il ne fait guère de doute qu’il chutera rapidement l’année prochaine.

Inflation et hausse des taux d’intérêt dans la zone euro

La crise du coût de la vie a été un défi majeur pour la région cette année alors qu’elle tentait de faire baisser les coûts de l’énergie, alimentés par la guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine plus tôt dans l’année. Depuis le début de l’année, la Banque centrale européenne a relevé ses taux d’intérêt à trois reprises, la hausse la plus importante s’élevant à 75 points de base.

Des responsables européens, dont Edward Scicluna, le gouverneur de la Banque de Malte, avaient prédit que le taux de croissance inflationniste atteignait déjà son maximum. Les chiffres sont similaires aux taux d’inflation connexes enregistrés aux États-Unis au début du mois.

Malgré ces chiffres impressionnants, les économistes sont quelque peu divisés sur la question de savoir si c’est le bon moment pour que la BCE réduise ou non ses hausses de taux. Alors que certains pensent qu’il faut laisser l’économie réagir positivement aux précédentes hausses de taux, d’autres sont d’avis que l’inflation est encore très élevée et qu’il faut pousser les taux d’intérêt.

Alors que les spéculations vont bon train, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a réaffirmé que la banque était prête à continuer à appliquer les mesures appropriées jusqu’à ce que l’inflation atteigne le niveau prévu de 2 %.

Nous prévoyons de relever encore les taux aux niveaux nécessaires pour que l’inflation revienne à notre objectif à moyen terme de 2 % en temps voulu“, a-t-elle déclaré aux législateurs européens.

À propos de l’auteur, Paul Laurent

Paul est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info