Le virage d’Ethereum vers le consensus Proof-of-Stake inquiète les utilisateurs quant à la possibilité d’une censure au niveau du protocole

Le prochain changement de consensus qu'Ethereum prévoit d'exécuter en septembre a inquiété de nombreux utilisateurs quant à la possibilité d'une censure au niveau du protocole.

Cela signifie que, même en interagissant directement avec les contrats intelligents, les adresses figurant sur une liste noire ne pourraient pas effectuer de transactions ou opérer dans la couche de base.

L’événement de fusion à venir déclenche des inquiétudes dans les cercles cryptographiques

The Merge, la migration d’Ethereum d’un algorithme de consensus de type “proof-of-work” (PoW) vers un algorithme de type “proof-of-stake” (PoS) a suscité des inquiétudes quant à l’avenir de la blockchain en matière de censure. Après que les adresses des smart contracts de Tornado Cash, un protocole de mélange centré sur la vie privée, ont été sanctionnées et mises sur liste noire par le Bureau de contrôle des actifs étrangers du Trésor américain, le caractère résistant à la vie privée et à la censure d’Ethereum a été ainsi mise en avant.

Gabriel Shapiro, le conseiller général de Delphi Digital, pense que que les grands validateurs d’Ethereum vont essayer de faire pression pour une mesure qui amène la censure au niveau du protocole. Cela leur permettrait d’opérer dans le respect des règles, et aussi d’éviter d’être pénalisés pour ne pas avoir inclus des transactions illégales. À ce sujet, il a déclaré que ces entités “ne peuvent pas s’auto-assister en évitant simplement de faciliter les blocs contenant des transactions sanctionnées par les États-Unis, car dans certaines conditions, elles pourraient être dramatiquement pénalisées pour l’avoir fait.

D’autre part, Discusfish, cofondateur de F2pool, une opération de pool minier d’ethereum et de bitcoin, a déclaré que les actifs de consensus proof-of-work (PoW) étaient plus à même de faire face à la pression réglementaire que leurs homologues basés sur le proof-of-stake. Il a expliqué:

Dans la discussion sur les PoS et PoW sous pression réglementaire ces jours-ci, il y a un point clé auquel il faut prêter attention : Si le producteur de blocs peut rester anonyme et emballer certaines transactions conformes au consensus sur la chaîne (qui peut contenir certaines transactions sensibles). Le PoW peut actuellement le faire, le PoS rencontre actuellement certaines difficultés en raison de la nécessité de mettre en jeu les actifs sur la chaîne.

Différents points de vue

Cependant, tout le monde ne partage pas ce point de vue. En fait, certains pensent que les actifs basés sur le consensus proof-of-stake, comme l’Ethereum après la fusion, sont mieux préparés à faire face à une attaque de censure de la part des régulateurs gouvernementaux. Justin Bons, fondateur et directeur informatique de Cybercapital, est l’un d’entre eux.

Lire Plus  Ethereum : Le lancement de "The Merge" est prévu pour le 15 ou 16 septembre

Justin Bons affirme que si une attaque de cette nature serait très difficile à réaliser contre le Bitcoin et l’Ethereum, la complexité et la présence physique nécessaires au fonctionnement des chaînes basées sur le PoW les rendraient plus faciles à cibler que les actifs basés sur la preuve d’enjeu. En effet, les chaînes PoS peuvent être exploitées avec des équipements de faible puissance depuis n’importe quel endroit du monde.

Enfin, Justin Bons estime que les régulateurs ne sont pas encore prêts à faire du mal aux crypto-monnaies et qu'”il faut trouver un juste milieu qui préserve la neutralité crédible des blockchains, en garantissant la vie privée des individus et la conformité des entreprises“.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Miss Ethereum

Miss Ethereum est fan de Defi et de métavers, elle se concentre sur le blogging et l'éducation des autres sur les monnaies numériques et la réalité virtuelle.