En plaidant non coupable, Sam Bankman-Fried se tire une balle dans le pied selon les avocats !

SBF est toujours assigné à résidence après avoir déposé une caution de 250 millions de dollars en décembre.

Sam Bankman-Fried (SBF) doit comparaître aujourd’hui devant le tribunal pour entamer la procédure pénale relative aux accusations de fraude, où il devrait plaider non coupable. Comme rapporté par Reuters, sa comparution devrait commencer à 11 heures devant le juge Lewis Kaplan à Manhattan.

D’après les informations précédentes, SBF devrait plaider non coupable devant le juge Lewis, une décision qui a fait l’objet d’une analyse intense par les avocats qui observent l’affaire. En effet, il peut sembler surprenant pour le grand public que SBF ait été conseillé de plaider non coupable par ses avocats, compte tenu du fait que ses co-exécutifs Caroline Ellison et Gary Wang ont tous deux plaidé coupable pour leurs 7 et 4 chefs d’accusation respectivement.

Quant à Sam Bankman-Fried, les chefs d’accusation retenus contre lui par les procureurs fédéraux s’élèvent à 8, et s’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à 115 ans de prison. L’essentiel de son affaire de fraude repose sur le fait qu’il a détourné les fonds des clients de FTX pour financer les opérations d’Alameda Research.

SBF s’est livré à quelques “écarts“, notamment en faisant des acquisitions immobilières de luxe et en faisant des dons politiques qui ont notamment agité Washington depuis que le dépôt de bilan a été rendu public. Bankman-Fried a tenté de s’excuser auprès des clients, des créanciers et des investisseurs de la défunte plate-forme de négociation, dont le passif s’élève à plus de 8 milliards de dollars à rembourser aux investisseurs.

Selon la version de Sam Bankman-Fried, il a commis des erreurs en dirigeant la plateforme de négociation, mais il ne pensait pas que ses actions avaient une connotation criminelle à l’époque.

Le plaidoyer de non-culpabilité pourrait ne pas favoriser Sam Bankman-Fried

Selon une ancienne procureure fédérale, Danya Perry, qui a servi en tant qu’ancienne assistante du procureur des États-Unis pour le district sud de New York, le ministère de la Justice (DoJ) a un très bon avantage en ce qui concerne l’affaire SBF actuelle.

Selon elle, le DoJ a beaucoup de témoins prêts à témoigner si l’affaire devait s’éterniser jusqu’au procès, mais elle ne veut pas se laisser intimider, elle croit que le plaidoyer de non-culpabilité, s’il est fait, sera une tentative pour SBF et ses avocats de négocier un meilleur accord avec la quantité de temps d’emprisonnement.

Ils ont une montagne de preuves écrites, et en fait, des aveux de l’accusé lui-même“, a déclaré Perry, ajoutant : “Ils ne vont donc pas être particulièrement pressés, et ils ne vont pas accueillir un accord de plaidoyer de faveur“.

La situation actuelle rend le plaidoyer de non-culpabilité équitable, car il peut être modifié ultérieurement au cours de la procédure. Bankman-Fried étant assis à l’échelon des affaires de la société commerciale en faillite, il ne verra peut-être personne contre qui fournir des preuves, comme il est d’usage pour les suspects qui plaident coupable, comme l’explique un autre ancien procureur fédéral, Ian McGinley.

Dans l’ensemble, on pense que le plaidoyer de non-culpabilité peut donner aux procureurs suffisamment de temps pour déterrer d’autres anomalies liées à la bourse et à ses opérateurs. SBF reste en résidence surveillée après avoir déposé une caution de 250 millions de dollars en décembre.

À propos de l’auteur, Sophie Telmann

Je m'appelle Sophie et je suis rédactrice sur actucrypto.info, un site qui couvre l'actualité des crypto-monnaies et du métavers. Je suis passionnée par le monde des crypto-monnaies et du métavers et je me tiens au courant des derniers développements et nouvelles technologies. J'aime particulièrement la façon dont ces technologies sont utilisées pour fournir une plus grande liberté et autonomie aux individus et aux entreprises. J'espère contribuer à faire progresser ces technologies et à les rendre accessibles à tous.