L’Iran renforce ses sanctions contre le minage de crypto-monnaies

Bien que certains pays, comme le Salvador, aient une politique assez ouverte concernant l’utilisation des crypto-monnaies, la vérité est qu’il s’agit d’un cas exceptionnel. Très peu de pays dans le monde sont aussi amicaux envers les crypto-monnaies, en fait il y a plus de pays qui appliquent des sanctions et des restrictions sur l’utilisation des crypto-monnaies, et un exemple clair est l’Iran.

L’Iran a un passé d’utilisation des crypto-monnaies, mais surtout de minage décentralisé d’actifs numériques. Cette nation a une position quelque peu indécise et changeante sur les règles qui s’appliquent à l’exploitation minière et elles deviennent de plus en plus restrictives.

Cette fois, les autorités iraniennes ont alourdi les peines encourues par les contrevenants qui se livrent à l’extraction illégale de crypto-monnaies, à condition qu’ils utilisent l’électricité subventionnée par le gouvernement. Selon les données les plus récentes, les sanctions appliquées aux contrevenants seront des peines d’emprisonnement, mais la durée de celles-ci n’a pas été déterminée avec certitude.

En fait, le ministère iranien de l’énergie a récemment informé que toute utilisation de l’électricité subventionnée par les abonnés à des fins domestiques, industrielles, agricoles ou commerciales qui ne sont pas principalement liées à l’exploitation minière et qui sont utilisées à cette fin sera soumise à la pleine force de la loi, car il s’agit d’une activité illégale.

Le problème de l’électricité en Iran

Le rejet de l’exploitation des crypto-monnaies n’est pas propre à l’Iran. Au fil des années, nous avons vu comment certains pays ont pris position contre l’exploitation minière de crypto-monnaies, principalement de bitcoins, car la consommation d’électricité qu’ils nécessitent est assez élevée, bien plus que ce que certains systèmes électriques peuvent supporter.

Selon les responsables, l’extraction de crypto-monnaies peut créer de graves problèmes pour l’approvisionnement en électricité. Par exemple, une exploitation minière incontrôlée peut contribuer à la détérioration du réseau électrique du pays, créant des conflits pour les contrevenants, mais aussi pour d’autres utilisateurs qui n’y sont pour rien.

Le problème est qu’il existe des sites miniers clandestins qui fonctionnent illégalement. Pour ce faire, ils se branchent sur des prises de courant qui ne sont pas conçues pour supporter la quantité d’énergie nécessaire à l’exploitation minière, ce qui entraîne des surcharges dans le système électrique, des incendies, des coupures de courant constantes, sans compter que ces délinquants volent de l’électricité à des entreprises qui sont généralement contrôlées par l’État.

C’est pourquoi le gouvernement iranien est devenu un plus strict sur les règles. Parmi les nouvelles dispositions, les contrevenants pourront révoquer leur permis d’exploitation minière ou en faire la demande, mais la procédure de demande est un plus complexe et plus longue. En outre, si une personne est prise en flagrant délit de minage illégal, elle devra payer pour toutes les dommages qui ont été causées au réseau électrique, par exemple si un câble brûle ou si un appareil est endommagé.

L’Iran pourrait-il interdire l’exploitation minière à un moment donné ?

Il n’est pas exclu que l’Iran interdise définitivement le minage de crypto-monnaies, mais à ce stade, il semble que cela n’arrivera pas, car nous ne pouvons pas oublier que ce pays profite du minage d’actifs numériques.

Un pourcentage des bénéfices tirés de l’exploitation minière est directement versé au gouvernement iranien. Et certains analystes affirment que ce pourcentage de bénéfices permet à l’Iran d’échapper aux sanctions pour acheter différents produits importés. À ce stade, il semble donc peu probable qu’ils l’interdisent, mais ils continueront à appliquer davantage de règles.

Ce n’est pas la première fois que l’Iran adopte une position restrictive en matière d’exploitation minière. Le pays applique régulièrement des restrictions sur l’exploitation des crypto-monnaies. Par exemple, en mai dernier, le président du pays a annoncé une interdiction temporaire de l’extraction de crypto-monnaies, car l’Iran était en pleine pénurie d’électricité.

À l’époque, toutes les activités minières du pays ont été interrompues jusqu’à ce que les entreprises ayant reçu l’approbation du gouvernement se voient restituer leurs licences d’exploitation à l’automne. Puis, en décembre de l’année dernière, il a été demandé aux mineurs de crypto-monnaies de suspendre à nouveau l’extraction de crypto-monnaies en raison d’une nouvelle pénurie d’électricité, mais celle-ci a repris peu après.

Ce qui est clair à ce stade, c’est que structurellement, l’Iran n’est pas prêt à avoir un niveau élevé d’exploitation minière. Et s’ils ne peuvent pas contrôler le secteur légal, il sera beaucoup plus difficile de contrôler le secteur clandestin, mais pour le moment, ils renforcent les réglementations pour trouver une solution rapide.

Afficher Masquer le sommaire
À propos de l’auteur, Monsieur Bitcoin

Monsieur Bitcoin est un passionné de FinTech, de RV et du Bitcoin. Sa passion pour la finance et la technologie a fait de lui l'un des principaux rédacteurs de Actucrypto.info