L’extradition de Do Kwon devrait prendre du temps, selon le procureur monténégrin

Un procureur enquêtant sur le PDG de Terraform Labs, Do Kwon, pour falsification présumée de passeport au Monténégro, a indiqué qu'il ne serait pas extradé de sitôt.

Le responsable de l'application de la loi a déclaré aux médias sud-coréens que les autorités monténégrines avaient l'intention d'inculper Kwon d'ici un mois, excluant la possibilité qu'il soit remis à d'autres pays au cours de la période de détention.

L'enquête sur la falsification des passeports prime sur les demandes d'extradition dans l'affaire Do Kwon

L'agence de presse sud-coréenne Yonhap a rapporté que la procédure d'extradition de pourrait prendre un certain temps, citant le procureur chargé de l'affaire du cofondateur de Terraform Labs qui a récemment été arrêté au Monténégro.

La condamnation judiciaire des crimes qui ont eu lieu dans la juridiction du Monténégro est une priorité pour les autorités de la petite nation balkanique, a déclaré Haris Šabotić lors d'une interview dans la capitale monténégrine Podgorica lundi.

Šabotić est chargé de l'enquête locale menée contre Kwon pour falsification présumée de documents. Le directeur général de la société à l'origine du stablecoin et de la - , qui ont échoué, a été arrêté le 23 mars alors qu'il tentait d'embarquer sur un à destination de Dubaï à l'aide d'un faux passeport costaricien.

Lire Plus  Le passeport du fondateur de Terra, Do Kwon, sera invalidé la semaine prochaine, voici ce qui se passera ensuite

Kwon Do-Hyung, son nom complet en coréen, a disparu après son départ pour en avril 2022, juste avant l'effondrement des deux pièces ust et . Il s'est ensuite réfugié en Serbie, où il aurait enregistré une nouvelle société, avant de se retrouver au Monténégro voisin.

Le procureur a indiqué que les allégations de contrefaçon faisaient l'objet d'une enquête en cours, rejetant les informations diffusées par les médias selon lesquelles M. Kwon aurait déjà été inculpé. Après une détention initiale de 72 heures, un tribunal monténégrin a prolongé la mesure à 30 jours.

L'objectif est d'inculper Kwon au cours de cette période, a encore indiqué Haris Šabotić. « Nous ne savons pas comment la situation évoluera après l'inculpation, mais ce qui est clair, c'est qu'il n'y a aucune possibilité que le détenu soit remis en liberté pendant 30 jours« , a-t-il ajouté.

Lire Plus  Le cofondateur de Terra aurait-il caché 100 millions de dollars ? Les procureurs de Séoul en alerte !

La Corée du Sud, les et Singapour tentent tous d'obtenir l'extradition de Kwon. Bien que M. Šabotić ait refusé de discuter de l'affaire en détail, car ce n'est pas au ministère public de décider des demandes, il a souligné que l'enquête sur l'affaire des faux passeports serait prioritaire, notant :

Nous ne pourrons passer à l'étape suivante qu'une fois les poursuites judiciaires terminées. La question de l'extradition ne nous intéresse pas.

S'il est reconnu coupable de falsification de documents officiels, Do Kwon risque jusqu'à cinq ans de prison, selon la loi monténégrine. « Si nous portons plainte dans les 30 jours, le tribunal prendra une décision« , a déclaré M. Šabotić lors de l'entretien qui s'est déroulé au bureau du procureur du district de Podgorica. Kwon est actuellement détenu au centre de détention de Spuž, près de la capitale monténégrine.

4.3/5 - (7 votes)

Soutenez Actucrypto en nous suivant sur Google Actualités :